SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AAC Colloque "L’image à l’épreuve de la viralité" Madhia, Tunisie

Date limite : 15 juillet 2016

De nos jours, le développement des médias entraîne l’apparition de nouvelles formes et figures de transmission, aux statuts très divers (texte, image, vidéo, etc.) qui partagent la particularité d’être reproduits, in extenso ou sous forme de fragments, à des échelles temporelles et géographiques souvent insoupçonnées. Ce phénomène de transmission et de diffusion rapide de l’information, imprévisible de certains contenus sans origine fixe, et qui se présente sous la forme d’une activité de réception-sélection-renvoi, définit la viralité. Il s’agit d’un processus de communication virtuel basé principalement sur la contagion et dont l’initiative de la duplication serait en quelque sorte comprise dans la forme même des messages, avant même de s’attarder sur leurs contenus, et tend ainsi à brouiller les frontières du sens et de la signification. Dans ce processus, la viralité est à la fois medium et message, d’où sa prolifération incontrôlable et d’où sa virulence. Affranchie de tout ordre naturel, soit par excès de positivité, soit par une prolifération sans fin, voire par rupture de sens, l’image peut ainsi être manipulée et se soumettre à de nouvelles formes de représentations et d’interprétations ignorées à l’avance. L’expérimental prend ainsi la place du Réel et de l’Imaginaire.

Se voulant pluridisciplinaire, ce colloque invite les chercheurs à développer des propositions de communication sur des notions scientifiques se rapportant à la viralité à notre époque et ses conséquences en art et design et même en politique, économie, science, etc. Face à l’essor de la rhétorique du" viral "dans la société des média, l’angle de ce colloque peut concerner plusieurs approches :

Axe 1. Processus de circulation de la Viralité : Comment se propage l’information virale ? Comment l’image arrive à créer "le buzz" par le simple clic, par contagion et par viralité ? À l’image du virus, se montrant comme spontané, rapide et volatile, la viralité peut désormais cacher une stratégie et une programmation en amont. Pouvons-nous ainsi parler d’une stratégie de viralité ? La viralité peut-elle se théoriser ?

Il s’agit d’exposer les modes de circulation virale des images, mêlant initiative de "l’artiste" avec l’expertise technologique et l’expérience de plus en plus inventive des collectifs amateurs.

L’enjeu consiste également à montrer comment cette ère des réseaux bouscule les processus de définition de l’image d’une activité, d’un texte ou d’une œuvre considérée comme "artistique " et les manières dont les concepteurs y vivent, y façonnent et y affirment leur identité à travers l’image soumise à l’épreuve de la viralité.

Axe 2. Contextualité et viralité. Bertrand Bachelot, 2011, rappelle que le récepteur, l’usager ou le consommateur, après avoir été sélectionné, est stimulé par un message percutant et aguicheur sous la forme d’une offre qui se déploie comme virus. Que leur présence soit littérale ou figurée, convaincante ou mythique, un déplacement de sens s’opère presque intuitivement entre la sphère du réel et celle du virtuel.

Sachant que la viralité s’accompagne d’une transformation de l’objet et d’une prolifération des contenus (Beauvisage, Beuscart, Kevin Mellet, 2011), il convient alors de se demander quel serait le rapport de la viralité à la représentativité et ce qu’il en est du contenu du message propagé.

La viralité permet ainsi de penser les configurations nouvelles de la représentativité liée à l’image dans cette ère du numérique. Si, grâce aux nouvelles technologies, nous assistons à un développement considérable de la connaissance et à une hétérogénéité des données, la viralité peut néanmoins bouleverser, manipuler et même banaliser et vulgariser le message de l’image transmise et faire disparaître le Réel.

Dans cet axe, l’effort sera mis sur la dimension conflictuelle, sur cette virulence des images et de l’information, issue de la fusion et de la confusion, du medium et du message, et ainsi de l’interprétation du sens de l’image à l’épreuve de la viralité.

Axe 3. La production à l’épreuve de la viralité. "Toute opération virale doit procéder d’une stratégie d’appât." (Gabriel Szapiro)

La relation de l’image à son référent posait déjà bien des complexités de représentation. Mais, lorsque le référent est mis à l’épreuve de la viralité, il peut totalement disparaître. Lorsque l’objet réel s’évanouit dans la programmation technique de l’image, lorsque l’image, pur artefact, ne reflète plus rien ni personne, est-ce qu’on peut encore parler d’image ?

Créer, composer où diffuser à l’épreuve de la viralité serait un défi à relever. Il s’agit d’examiner la production dans le contexte de contagion qui semblerait à la fois éphémère et pervers. Le passage de l’économie de production à l’économie de l’innovation nous pousse à remettre en question les pratiques intellectuelles et créatives. L’enjeu consiste à analyser dans quelle mesure la viralité valorise le style au détriment de la substance (Lanham, 2006). À l’ère de l’" esthétique diffuse " et de "l’art à l’état gazeux " comment pourrait-on enfanter un texte, une image, un artefact ou une mélodie ?

Plusieurs problématiques peuvent être développées :

Didactique et viralité Production plastique et viralité Image, viralité et terrorisme Design et viralité. Architecture et viralité Modalités de soumission et dates importantes Les contributions en langue française, anglaise ou arabe et pourront être présentées sous forme de communication orale ou par affiche (session de poster)

Les résumés de 120 mots , avec un intitulé et une brève liste bibliographique, devront être adressés à l’adresse suivante : colloque.isamm@gmail.com ou contact@colloque-virality.org ,

avant le 15 Juillet 2016

avec pour objet du mail : « Proposition Viralité 2016 ». La version définitive des textes sélectionnés sera à remettre en septembre 2016.

Les communications seront de 20 minutes.

Modalités d’évaluation Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique de lecture. Les communications sélectionnées seront réparties en ateliers thématiques.

Modalités d’inscription Pour s’inscrire à ce colloque, connaitre les différents frais et avoir plus d’information sur le programme, visitez la page web du colloque : www.colloque-virality.org

Comité scientifique de lecture Eric VAN DE CASTEELE (Professeur émérite en Design) Sami BEN AMEUR (Professeur en Arts Plastiques) Bernard LAFARGUE (Professeur en esthétique et médiation) Mohamed BOUATTOUR (Professeur en linguistique et traitement automatique et directeur de LLTA) José Manuel Palma-Oliveira (Professeur en psychologie environnementale) Mohsen Zarai (Professeur en esthétique) Coordinateurs du colloque Fatma CHAFFAI-BRIGUI (Université de Monastir) Asma HAMMAMI (Université de Monastir) Ramzi TURKI (Université de Monastir)

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/AAC-Colloque-L-image-a-l-epreuve.html

Dans la même rubrique