SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AAC 5e rencontre internationale Transfopress : « Presse en anglais à l’étranger/Presse en langue étrangère dans le monde anglophone », octobre 2017

A l’occasion de sa cinquième rencontre internationale, qui se tiendra à l’université Paris Diderot les 16 et 17 octobre 2017, le réseau Transfopress lance un appel à communications sur le thème suivant : « Presse en anglais à l’étranger/Presse en langue étrangère dans le monde anglophone ».
Pour son cinquième colloque international, le réseau Transfopress s’intéressera à la fois à la presse en anglais dans les pays ou la (les) langue(s) officielle(s), de facto ou de jure, n’incluent pas l’anglais, et à la presse en langue étrangère dans les pays dont la (les) langue(s) officielle(s) inclu(en)t l’anglais. La presse en langue étrangère, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles est un important phénomène international, historique et contemporain. Elle représente pourtant un objet d’étude insaisissable qui, jusqu’à récemment, a échappé à l’attention des chercheurs comme des bibliothèques dans le monde, y compris les bibliothèques de dépôts jusqu’à ce jour, souvent parce qu’elle a simplement été incluse dans la presse ethnique ou de l’immigration, qui a toujours été considérée comme marginale dans l’histoire de l’imprimé. Même s’il y a eu des tentatives de compiler des listes de titres de presse étrangers, celles-ci ont souvent été incomplètes précisément par manque d’une définition rigoureuse de la presse en langue étrangère et de sa portée.
Comme l’ont montré les précédentes rencontres de Transfopress, la presse en langue étrangère recoupe en partie la presse ethnique, mais elles ne sont pas équivalentes dans la mesure où les journaux ethniques peuvent être rédigés dans la langue officielle de l’entité territoriale où ils sont publiés. En outre, la portée de la presse en langue étrangère est beaucoup plus variée dans la mesure où elle comprend non seulement la presse ethnique, immigrante ou de l’exil, mais aussi une diversité de périodiques publiés en dehors des communautés immigrées, tels que des bulletins pour voyageurs, des revues artistiques et littéraires, des journaux spécialisés (journaux médicaux par exemple). La typologie peut être enrichie avec la découverte de nouveaux titres de presse, jamais étudiés jusqu’ici ou même non catalogués. L’attention portée ces dernières années à ce phénomène de la culture matérielle a encouragé les bibliothèques de par le monde à mieux identifier les collections de presse en langue étrangère, à corriger des erreurs de catalogage et à digitaliser certaines de ces collections, parfois dans le cadre d’un projet plus large. Les bibliothèques américaines, aux États-Unis, au Canada, au Brésil et au Mexique, sont pionnières dans ce domaine, portant à l’attention des chercheurs de nouveaux titres dans des domaines inattendus qui illustrent la richesse de ce matériau. En s’appuyant sur ce regain d’intérêt pour la presse en langue étrangère de la part des bibliothèques, les organisateurs invitent leurs responsables à présenter leurs projets concernant cette presse, en termes de mise à jour des catalogues ou de projets de numérisation.
Dans le cas de la presse ethnique, l’historiographie connaît un grand essor aux États-Unis et en Australie, contrairement au Royaume-Uni. Les organisateurs espèrent que cette cinquième rencontre Transfopress permettra d’identifier et de combler ces lacunes.
Au-delà des ambitions bibliographiques, cette conférence vise avant tout à stimuler la réflexion concernant les relations que ces journaux en langue étrangère entretiennent avec la presse nationale, tout comme avec d’autres titres en langue étrangère du même pays ou des titres de même langue publiés dans d’autres pays. Des études de cas questionnant la dialectique production/réception et étudiant précisément les motivations et les fonctions du choix de la langue seraient particulièrement intéressantes.
Modalités de soumission :
Les études de cas ou les communications présentant une réflexion plus large sur différents titres sont les bienvenues. Les communications offrant une perspective croisée seront aussi appréciées. Les participants potentiels sont invités à envoyer un résumé de 500 mots avec un court CV aux organisatrices avant le 15 février 2017.
Contact :
Bénédicte Deschamps benedicte.deschamps@univ-paris-diderot.fr
Stéphanie Prévost stephprevostsp@gmail.com
Diana Cooper-Richet diana.cooper-richet@uvsq.fr
Isabelle Richet richet.isa@gmail.com

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/AAC-5e-rencontre-internationale.html

Dans la même rubrique